πολιτική γελοιογραφία, Σχόλιο επικαιρότητας

Εntretien au ZIN tv

238485g-cen7

Dimitri Georgopalis, un des dessinateurs grecs censurés répond à nos questions :

1) Quelle est votre réaction au fait que le parlement européen, qui se dit «l’organe démocratique de l’UE» ait choisi de censurer votre travail ?

Malheureusement, les institutions principales de l’Union européenne telles que le Parlement européen ont arrêté depuis longtemps de jouer un rôle réel dans l’élaboration de politiques européennes. Le Parlement européen devrait soulever des problèmes tels que la montée du néo-nazisme et de l’euroscepticisme d’extrême-droite dans des pays appauvris par l’imposition de mesures politiques néolibérales extrêmes, la prévalence des perceptions xénophobes et tant d’autres choses. Il devrait être le contrepoids à la politique unidimensionnelle décidée et imposée par l’EUROGROUPE. Au contraire, il choisit de jouer un rôle de « rempart », en s’opposant à toutes les opinions différentes qui cherchent à mettre en évidence les problèmes ci-dessus.

2) Quel message vouliez-vous faire passer par le biais de votre caricature ?

La caricature a le pouvoir de «parler» de sujets tabous. Elle a l’avantage de pouvoir activer la pensée du lecteur, de stimuler ses préoccupations et de lui présenter la réalité d’un point de vue qu’il n’a jamais imaginé. Il fonctionne souvent comme un signal alarme, un avertissement. Plus précisément avec mon croquis qui a été «coupé» (de l’exposition) par la questeur du Parlement européen, je veux mettre en garde contre la mutation de l’Europe dûe à la hausse continue du néo-nazisme. La question des réfugiés a fait ressortir de nombreux débats.

Si les pays du Visegrad (Pologne, la Hongrie, la République Tchèque et la Slovaquie) ne fermaient pas leurs frontières, si des néonazis n’étaient pas actifs au sein du gouvernement hongrois, si la montée de l’extrême-droite dans de nombreux pays européens n’était pas un fait et tant d’autres choses, je n’aurait aucune raison/stimulation de caricaturer autour de ça.
De plus (presque toujours), un croquis est la réaction à une action. Si tout cela n’existait pas, je n’aurais aucune raison de le traiter.
Malheureusement, je pense que les Européens n’écoutent pas nos sonnettes d’alarme – les avertissements de nos croquis. Le résultat des récentes élections allemandes confirme cela. La grande ascension du parti extrémiste néo-nazi AFD est tristement une réalité. Mais, pour notre malheur à tous, Madame la Questeur, la réalité «ne peut être censurée»…

Dimitri Georgopalis nous informe également que son même dessin a été exposé à Maastricht en décembre 2016 dans le cadre de l’exposition «Europe Calling» pour les 25 ans de la signature du traité de Maastricht, sans que le dessin soit censuré…

 

 

Read more here:

https://www.zintv.org/Le-Parlement-europeen-censure-des